Strict Standards: Declaration of action_plugin_creole::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/creole/action.php on line 13

Strict Standards: Declaration of action_plugin_discussion::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/discussion/action.php on line 0

Strict Standards: Declaration of action_plugin_indexmenu::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/indexmenu/action.php on line 0

Strict Standards: Declaration of action_plugin_openid::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/openid/action.php on line 0

Strict Standards: Declaration of action_plugin_popularity::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/popularity/action.php on line 0

Strict Standards: Declaration of action_plugin_safefnrecode::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/safefnrecode/action.php on line 0

Strict Standards: Declaration of action_plugin_tag::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/tag/action.php on line 0

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/creole/action.php:13) in /home/vodana/vodana.org/wiki/inc/auth.php on line 352

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/creole/action.php:13) in /home/vodana/vodana.org/wiki/inc/actions.php on line 180
films:alice_et_martin | V O D A N A
 

87352879.jpg


Alice et Martin est un film français d'André Téchiné sorti en 1998.





Synopsis

Martin vient de quitter la maison de son père. Dans sa fuite, il trouve refuge chez son demi-frère à Paris. Martin, au physique fort agréable, se fait remarquer dans la rue, avant d'être propulsé sur les podiums. Il tombe éperdument amoureux d'Alice, co-locatrice de son frère. Un amour exclusif se tisse entre eux. Mais bientôt, Alice est enceinte, et l'annonce de cette nouvelle plonge Martin dans un terrible tourment. Rongé par la culpabilité, il se croit responsable de la mort de son père...


89764057.jpg


Fiche technique

* Titre : Alice et Martin
* Réalisation : André Téchiné
* Scénario : Olivier Assayas, Gilles Taurand et André Téchiné
* Image : Caroline Champetier
* Montage : Martine Giordano
* Musique : Philippe Sarde
* Production : Christine Gozlan, André Martin, et Alain Sarde
* Pays d'origine : France
* Genre : Drame
* Durée : 120 minutes
* Date de sortie : 4 novembre 1998 (France)



42285041.jpg


Distribution

* Juliette Binoche : Alice
* Alexis Loret : Martin Sauvagnac
* Mathieu Amalric : Benjamin Sauvagnac
* Carmen Maura : Jeanine Sauvagnac
* Jean-Pierre Lorit : Frédéric Sauvagnac
* Marthe Villalonga : Lucie
* Roschdy Zem : Robert
* Pierre Maguelon : Victor Sauvagnac
* Éric Kreikenmayer : Francois Sauvagnac
* Jeremy Kreikenmayer : Martin - enfant
* Kevin Goffette : Christophe
* Christiane Ludot : Laurence



60490076.jpg


Critique du net

Tous les héros d'André Téchiné traversent une sorte de frontière intérieure. Ils se quittent pour essayer de se trouver, en quelque sorte : Catherine Deneuve dans Le Lieu du crime, Sandrine Bonnaire dans Les Innocents, Deneuve encore et Daniel Auteuil dans Ma saison préférée. C'est rarement le bonheur qu'ils trouvent au bout de leur périple, tout au plus l'apaisement de leur angoisse. Et si ce dernier film est si beau (imaginez Les Roseaux sauvages avec encore plus d'ampleur et de souffle), c'est parce que Téchiné sait, de mieux en mieux, débusquer l'insécurité des êtres derrière le masque qui les protège.

49729001.jpg

Sans cesse en mouvement, mais néanmoins discrète ; calculée au millimètre, mais avec des « appels de liberté » ­ comme on dirait des appels d'air ­, la mise en scène change de rythme de séquence en séquence, et parfois à l'intérieur d'un même plan. C'est l'intensité qu'elle recherche, c'est-à-dire le contraire de l'émotion facile. Des bons sentiments.

21181047.jpg

« Ce que j'essaie, à chaque prise, disait Téchiné lors du tournage, c'est de dérégler la belle ordonnance ». Que tout, toujours, soit inattendu. D'où la présence, incongrue, aux deux tiers du film, d'un flash-back qui sert moins, en fait, à visualiser la mort du père de Martin qu'à suggérer la complicité ambiguë qui lie les deux exclus de la famille : Martin le bâtard et Benjamin le pédé.

18923335.jpg

Sans cesse, la brutalité surgit au cœur de la douceur. Et les plages de silence succèdent aux moments d'exaspération. Comme la fuite de Martin dans les étendues lumineuses du Sud-Ouest, par exemple, qui, grâce à la photo magnifique de Caroline Champetier, devient un western miniature. Ou encore, sur la fin, entre deux fondus au noir, Juliette Binoche s'appuyant contre un mur, les yeux perdus, le souffle court. Binoche, splendide de bout en bout, jouant ce personnage entêté et passionné avec une grâce rapide, aiguë.

88719798.jpg

Voici donc un film romanesque comme on n'ose plus, comme on ne sait plus en faire. Un film lyrique et tourmenté sur un jeune homme immature (le frère cadet de Daniel Auteuil dans Ma saison préférée), saisi d'effroi à l'idée d'avoir donné la mort et la vie et bien décidé, envers et contre tout, à en payer les conséquences. Attention : il ne s'agit pas d'expiation. La rédemption est totalement étrangère à l'univers de Téchiné.

89236958.jpg

Simplement, incapable de se juger lui-même, Martin cherche la justice des hommes pour obtenir son propre pardon. Alors que sa belle-mère (Marthe Villalonga), elle, est d'avis que les morts ne quittent jamais vraiment le monde des vivants. C'est donc à eux et à eux seuls qu'il s'agit de rendre des comptes. Et Téchiné serait plutôt de cet avis puisque ses films, de Rendez-vous aux Roseaux sauvages ­ fourmillent de fantômes revenus d'entre les morts, comme des regrets ou des remords. Lorsqu'ils s'effacent, l'harmonie devient possible. Et c'est ce que montre ce film : on avance, de brisure en brisure, pour mieux, parfois, immobiliser le malheur.


Pierre Murat, Télérama n° 2509 du 11 février 1998


27750454.jpg

 
 
/home/vodana/vodana.org/wiki/data/pages/films/alice_et_martin.txt · Dernière modification: 21/08/2011 03:40 (modification externe)
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki