Strict Standards: Declaration of action_plugin_creole::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/creole/action.php on line 13

Strict Standards: Declaration of action_plugin_discussion::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/discussion/action.php on line 0

Strict Standards: Declaration of action_plugin_indexmenu::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/indexmenu/action.php on line 0

Strict Standards: Declaration of action_plugin_openid::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/openid/action.php on line 0

Strict Standards: Declaration of action_plugin_popularity::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/popularity/action.php on line 0

Strict Standards: Declaration of action_plugin_safefnrecode::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/safefnrecode/action.php on line 0

Strict Standards: Declaration of action_plugin_tag::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/tag/action.php on line 0

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/creole/action.php:13) in /home/vodana/vodana.org/wiki/inc/auth.php on line 352

Strict Standards: Declaration of Doku_Renderer_metadata::table_open() should be compatible with Doku_Renderer::table_open($maxcols = NULL, $numrows = NULL, $pos = NULL) in /home/vodana/vodana.org/wiki/inc/parser/metadata.php on line 24

Strict Standards: Declaration of Doku_Renderer_metadata::table_close() should be compatible with Doku_Renderer::table_close($pos = NULL) in /home/vodana/vodana.org/wiki/inc/parser/metadata.php on line 24

Strict Standards: Declaration of syntax_plugin_tip::render() should be compatible with DokuWiki_Syntax_Plugin::render($format, &$renderer, $data) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/tip/syntax.php on line 38

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/creole/action.php:13) in /home/vodana/vodana.org/wiki/inc/actions.php on line 180
films:la_femme_infidele | V O D A N A
 

00.jpg


La Femme infidèle est un film français réalisé par Claude Chabrol, sorti en 1969.





Synopsis

Charles et Hélène forment un couple uni dans leur villa bourgeoise. Confort capitonné, quotidien bon teint, tendre et anesthésié. Dans l'écrin bleu un peu étouffant de la chambre conjugale, Charles met de la musique classique au moment du coucher. Hélène demande si elle peut ouvrir la fenêtre. En fait, cela fait déjà quelques mois qu'elle « respire » ailleurs, chez un dandy de Neuilly. Avec lui, pas d'amour, juste des cinq à sept cyniquement orchestrés. Mais un jour, Charles commence à avoir des doutes sur la fidélité de son épouse et engage un détective privé...


02.jpg


Fiche technique

* Titre français: La Femme infidèle
* Réalisation : Claude Chabrol
* Scénario : Claude Chabrol
* Producteur : André Génovès
* Musique : Pierre Jansen
* Photographie : Jean Rabier
* Montage : Jacques Gaillard
* Pays d'origine : France
* Genre : Drame
* Durée : 95 minutes
* Date de sortie : 22 janvier 1969 (France)



04.jpg


Distribution

* Stéphane Audran : Hélène Desvallées
* Michel Bouquet : Charles Desvallées
* Maurice Ronet : Victor Pegala
* Stéphane Di Napoli : Michel Desvallées
* Michel Duchaussoy : l'inspecteur Duval
* Henri Marteau : Paul
* Serge Bento : Bignon
* Louise Chevalier : Marie
* Louise Rioton : Mamy
* Donatella Turri : Brigitte
* François Moro-Giafferi : Frédéric
* Dominique Zardi : le chauffeur du camion
* Guy Marly : Gobet
* Henri Attal : le client du café
* Michel Charrel : l'agent
* Albert Minsky : le patron du King Club
* Jean-Marie Arnoux : le témoin
* Lorraine Rainer : Françoise
* Claude Chabrol : petit rôle/voix (non crédité)



06.jpg


Critiques du net

Alors qu’il vient de connaître un joli succès avec Les Biches (1968), Claude Chabrol prolonge ici sa collaboration avec une équipe qui gagne. Ainsi, il est une fois de plus produit par André Génovès, scénarisé par Paul Gégauff, mis en lumière par Jean Rabier et enveloppé de l’étrange musique de Pierre Jansen. En seulement quelques scènes, tous les éléments qui font la saveur des grands crus chabroliens sont présents : l’exposition d’une famille bourgeoise qui joue au bonheur conjugal, la présence d’une ambiance à couper au rasoir, quelque part entre la retenue et l’humour grinçant, le jeu très particulier des acteurs.

08.jpg

Dans le rôle de la femme adultère, Stéphane Audran est tout à fait remarquable. Avec son phrasé décalé, elle joue la fausseté avec une jubilation qu’elle nous fait partager à chaque seconde. Michel Bouquet, dont ce fut le premier grand rôle à l’écran, incarne avec prestance et détachement un grand bourgeois qui se croit large d’esprit, mais qui perpétue en réalité une très vieille tradition voulant que l’homme soit le propriétaire exclusif de sa femme.

10.jpg

Prenant acte de la révolution sexuelle en marche à la fin des années 60, Claude Chabrol en comprend immédiatement les limites à travers cette œuvre perverse où jalousie rime souvent avec amour fou. Flinguant une fois de plus la bourgeoisie, le cinéaste s’attache surtout à suivre le processus de recomposition d’un couple en perdition, et ceci même si cette consolidation doit s’effectuer au prix d’un meurtre. En cela, la séquence la plus enthousiasmante est indéniablement l’affrontement verbal entre le mari et l’amant (excellent Maurice Ronet, dans un rôle pourtant ingrat et très court).

12.jpg

Grâce à une bonne dose d’humour noir, Chabrol se joue du spectateur, alors incapable de savoir comment va tourner cet échange au ton décalé. Tout d’un coup, l’intrigue policière surgit, mais bien plus comme un catalyseur des sentiments des deux époux criminels que comme une mécanique bien huilée destinée à combler les amateurs de films de genre. Avec La Femme infidèle, Claude Chabrol affirme pour la première fois son entière liberté artistique et crée le style qui fera par la suite sa notoriété. Le fossé qui sépare ce petit bijou de son remake hollywoodien (Infidèle, 2002, d’Adrian Lyne) prouve à quel point la marque d’un grand cinéaste est inoxydable.


Virgile Dumez, pour www.avoir-alire.com


14.jpg


Chabrol, au sommet de sa « période Audran » (qui n'a jamais été aussi belle et se prénomme Hélène, comme dans Le Boucher, autres noces rouges chabroliennes), dissèque le couple comme on épingle un papillon, avec une précision silencieuse et naturaliste. Suspense feutré, cruauté et humour noir en twin-set et flanelle. Le si classique triangle amoureux prend ici d'étranges contours. L'infidélité n'est qu'un remède temporaire au mariage. Le meurtre, lui, en serait le médicament miracle... Le dernier plan, génial, éloigne doucement Michel Bouquet de sa femme. Entre eux, un parterre de roses. Ont-ils jamais été aussi proches ?

Guillemette Odicino, pour television.telerama.fr


16.jpg


N’ayons pas peur des mots : La Femme infidèle est un film parfait. Claude Chabrol a rarement manié l’art du cadre et du montage avec autant de dextérité que pour ce scénario apparemment classique, mais tout à fait révélateur du cinéma chabrolien de la fin des années 1960 ou du début des années 1970. Nous sommes en 1969, la femme bourgeoise est alors à son plus haut niveau, et Chabrol s’amuse à dépeindre un milieu où la violence mène au pardon, où la quête de soi passe par la destruction d’autrui. Il faudra ici regarder chaque plan (et quels plans !) pour comprendre le milieu dans lequel cette violence salvatrice s’installe et comment l’infidélité crée la femme.

Ariane Beauvillard, pour www.critikat.com


18.jpg


Les Biches (1966), avec cette tonalité plus grave assez nouvelle chez Chabrol, laissait déjà présager le meilleur. La Femme infidèle confirme, en marquant le début d'une longue série de très grands films.

On est d'abord frappé par l'élégance quasi-glacée de ce grand crû. Cette distance nouvelle permet au film de gagner en épaisseur et en mystère, deux des moteurs incontournables de la "mécanique Chabrol" de cette grande époque.
Dans La Femme infidèle, c'est donc le mystère qui est à l'œuvre, servi par une distribution impeccable : Stéphane Audran est la femme infidèle. Fascinante et un peu lointaine (juste ce qu'il faut pour préserver le mystère), elle est très juste et très belle. Son mari est interprété par un Michel Bouquet toujours irréprochable. Le rôle de l'amant revient à Maurice Ronet, sorte de bellâtre à la Delon (avec sans doute plus d'aspérités, d'imperfections... donc plus "humain").

20.jpg 21.jpg

Ce trio infernal (complété par l'inévitable commissaire de police, à qui le toujours excellent - surtout chez Chabrol - Michel Duchaussoy prête ses traits) illustre donc à la perfection cette nouvelle option choisie par Chabrol, tout en retenue, sobriété, gravité. Certes, le drame est toujours bourgeois, on ment toujours, mais l'ironie se fait plus rare, au profit d'un nouvel humanisme.
Il y a, aussi une influence évidente du cinéma d'Antonioni (alors au sommet), chantre de l'incommunicabilité. Et il est vrai que les personnages de Chabrol, ici, ont un mal fou à (se) dire les choses.

22.jpg

Ce film capital fait entrer Chabrol dans une nouvelle maturité qui se prolongera de manière remarquable avec Le Boucher (1968), Que la bête meure (1969), Juste avant la nuit (1971) ou Noces rouges (1973).
Mais La Femme infidèle, parce qu'il est le premier de cette belle série (ce qui en fait, donc, un film "programmatique"), garde à jamais un parfum sulfureux et vénéneux propre aux premières fois.


The Dreaming, pour www.ecranlarge.com


24.jpg

 
 
/home/vodana/vodana.org/wiki/data/pages/films/la_femme_infidele.txt · Dernière modification: 22/10/2011 11:56 par vodana
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki