Strict Standards: Declaration of action_plugin_creole::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/creole/action.php on line 13

Strict Standards: Declaration of action_plugin_discussion::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/discussion/action.php on line 0

Strict Standards: Declaration of action_plugin_indexmenu::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/indexmenu/action.php on line 0

Strict Standards: Declaration of action_plugin_openid::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/openid/action.php on line 0

Strict Standards: Declaration of action_plugin_popularity::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/popularity/action.php on line 0

Strict Standards: Declaration of action_plugin_safefnrecode::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/safefnrecode/action.php on line 0

Strict Standards: Declaration of action_plugin_tag::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/tag/action.php on line 0

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/creole/action.php:13) in /home/vodana/vodana.org/wiki/inc/auth.php on line 352

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/creole/action.php:13) in /home/vodana/vodana.org/wiki/inc/actions.php on line 180
films:le_sadique_baron_von_klaus | V O D A N A
 

18398866.jpg


Le Sadique Baron Von Klaus (La mano de un hombre muerto) est un film espagnol réalisé par Jesus Franco, sorti en 1962.





Synopsis

Nichée dans les Alpes, la bourgade d'Holffen est replongée dans ses légendes le jour où deux campeuses sont retrouvées mortes non loin du château des Von Klaus de sinistre mémoire. Il y a de ça quelques siècles, le Baron Von Klaus périt dans les marécages après avoir été damné par un villageois pour avoir torturé et assassiné sa fille. Depuis, une série de meurtres se produit de temps à autres, et les villageois les plus superstitieux les mettent sur le compte du fantôme de Von Klaus, censé hanter le marécage. Pour la police, la vérité est ailleurs...


61427592.jpg


Fiche technique

* Titre français : Le Sadique Baron Von Klaus
* Titre original : La mano de un hombre muerto
* Réalisation : Jesus Franco
* Scénario : Jesus Franco, Pío Ballesteros, Juan Cobos, Gonzalo Sebastián de Erice
* Musique originale : Daniel White
* Photographie : Godofredo Pacheco
* Montage : Ángel Serrano
* Producteur : Andrés Vallvé
* Pays d'origine : Espagne
* Genre : horreur
* Durée : 92 minutes
* Date de sortie : 1962 (Espagne)



70442532.jpg


Distribution

* Howard Vernon : Max von Klaus
* Hugo Blanco : Ludwig von Klaus
* Gogó Rojo : Margaret
* Fernando Delgado : Karl Steiner
* Paula Martel : Karine
* Ana Castor : Linda
* Georges Rollin : l'inspecteur Borowsky
* Serafín García Vázquez : Ángel
* Ángel Menéndez : le Dr. Kallman
* María Francés : Elisa von Klaus
* Manuel Alexandre : Theo



91964400.jpg


Critique du net

Petit frère de L'Horrible Docteur Orlof, tourné la même année, dans le même style avec la même tête d'affiche, Howard Vernon, Le Sadique Baron Von Klaus ne doit pourtant pas être vu comme un duplicata de son aîné. Le début de la carrière de Jess Franco est à tous les niveaux encore loin de ce que fera le réalisateur vingt ans plus tard. Il n'y a pas encore d'échanges de rushs entre plusieurs films traitant d'un même sujet. Le cinéma d'exploitation est encore une affaire sérieuse !

En 1962, la mode est encore au cinéma gothique, et Franco s'y adapte sans trop d'embarras, puisqu'il s'agit là de son domaine de prédilection, celui duquel il ne s'éloignera jamais bien longtemps. Mais avant de sombrer dans le vaste n'importe quoi vers la fin des années 70, Franco est un réalisateur encore fort créatif, même si plusieurs choses font que Le Sadique Baron Von Klaus souffre d'une certaine retenue le faisant avoir recours à des banalités ne jouant pas en sa faveur. Franco échoue à tenir en haleine son spectateur, et Le Sadique Baron Von Klaus comporte quelques longueurs imputables non seulement à la maigreur de l'élément policier, mais aussi aux personnalités sans profondeur de tous les personnages à l'exception relative de Max Von Klaus.

2c88940ef1b74509efe9f67.jpg

Howard Vernon incarne un homme taciturne, reclus et parfois autoritaire dont la personnalité se fond comme un gant dans l'histoire de sa famille. De ce seul Max Von Klaus naît le fantastique, ou du moins ce qui s'y rattache. Car plus que la révélation de l'identité de l'assassin, c'est bien de déterminer la place du fantastique dans ces meurtres par rapport à la famille Von Klaus qui importe. Toute proportion gardée, et en gardant à l'esprit qu'ici l'aspect policier n'est pas fameux, le procédé ressemble à ce que Conan Doyle avait fait pour Le Chien des Baskerville : parasiter l'intrigue d'une légende purement fantastique. C'est bien entendu sur ce point que Franco démontre ses talents.

56758152.jpg

Plus encore que L'Horrible Docteur Orlof, Le Sadique Baron Von Klaus laisse voir ce que sera le Jess Franco des grandes heures, celles de Soledad Miranda et des films en roue libre, composés au rythme du jazz. Et du jazz il est justement question ici, puisque cette musique est utilisée pour illustrer les scènes estampillées "thriller", celles du meurtrier de l'ombre, ou encore celles apparentées au genre horrifique, dans la cave des tortures. Une partition qui peut sembler inappropriée pour ces scènes, mais qui traduit l'éloignement de Franco par rapport à son sujet et son intérêt purement graphique, qui ira en se marquant de plus en plus au fil de sa carrière.

48021738.jpg

Cela apporte ici une touche de modernité à un film parfois très vieille école, mais également en plusieurs points fort novateur. La grande qualité du film est qu'il sait se faire hétéroclite, entre ces châtelains maudits très gothiques, ce village enneigé environné de marécages très lyriques et même ces scènes expressionnistes très réussies que l'on rapprochera des krimis anglo-allemands. A la photo, Godofredo Pacheco est loin d'être un tâcheron et prouve que le cinéma fantastique en noir est blanc n'est pas encore bon à reléguer aux oubliettes, malgré les réussites colorées de la Hammer, malgré celles de Corman. Le noir et blanc n'est en rien incompatible avec le modernisme, et c'est cette idée pré-reçue qui transforme les audaces de Franco en agréables surprises.

70036216.jpg

Outre l'emploi du jazz comme manière de rythmer le film, nous assistons également ici au développement du travail sur l'érotisme de Franco, qui pour l'époque se montre très provoquant, voire carrément incorrect lors d'une scène de torture paraît-il fameuse mais hélas expurgée du film tel qu'il figure en France. Il n'en reste pas moins que cette amputation ne saurait cacher que le présent film est une œuvre globalement agréable malgré ses bavardages ponctuels, et qui se doit d'être vue comme une préfiguration des futurs délires de Jess Franco, que ce soit dans leurs aspects positifs (liberté totale tant pour l'image que pour la construction) ou dans leurs aspects négatifs (je m'en foutisme parfois rédhibitoire vis à vis du scénario ou des personnages secondaires).


Loïc Blavier, pour tortillafilms.tortillapolis.org


59121578.jpg

 
 
/home/vodana/vodana.org/wiki/data/pages/films/le_sadique_baron_von_klaus.txt · Dernière modification: 21/08/2011 03:40 (modification externe)
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki