Strict Standards: Declaration of action_plugin_creole::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/creole/action.php on line 13

Strict Standards: Declaration of action_plugin_discussion::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/discussion/action.php on line 0

Strict Standards: Declaration of action_plugin_indexmenu::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/indexmenu/action.php on line 0

Strict Standards: Declaration of action_plugin_openid::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/openid/action.php on line 0

Strict Standards: Declaration of action_plugin_popularity::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/popularity/action.php on line 0

Strict Standards: Declaration of action_plugin_safefnrecode::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/safefnrecode/action.php on line 0

Strict Standards: Declaration of action_plugin_tag::register() should be compatible with DokuWiki_Action_Plugin::register($controller) in /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/tag/action.php on line 0

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/creole/action.php:13) in /home/vodana/vodana.org/wiki/inc/auth.php on line 352

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/vodana/vodana.org/wiki/lib/plugins/creole/action.php:13) in /home/vodana/vodana.org/wiki/inc/actions.php on line 180
films:les_amants_crucifies | V O D A N A
 

amantscrucifies011g.jpg lesamantscrucifies1.jpg


guirlandedefleurs.gif

Les Amants crucifiés (近松 物語, Chikamatsu monogatari) est un film japonais de Kenji Mizoguchi sorti en 1954, en compétition pour la Palme d'or au Festival de Cannes 1955.

guirlandedefleurs.gif





guirlandedefleurs.gif
Synopsis

Kyoto, fin du XVIIe siècle. Osan est une jeune femme mal mariée au riche marchand d'almanachs Ishun. Voulant secourir son frère couvert de dettes, elle s'en remet à l'employé modèle Mohei pour détourner un peu d'argent de la caisse de l'entreprise. Mohei utilise le sceau de l'imprimeur pour obtenir l'argent. Sa tentative de faux découverte, il se dénonce à Ishun qui l'enferme sous les toits. Mais suite à un concours de circonstances, O-San est surprise aux côtés de Mohei dans une situation pour le moins équivoque. Compromise mais irréprochable, excédée par les infidélités de son mari, O-San quitte le foyer conjugal. Mohei fuit avec elle et va lui déclarer son amour malgré leur différence de classe...


74854911.jpg


guirlandedefleurs.gif
Fiche technique

* Titre : Les Amants crucifiés
* Titre original : 近松 物語, Chikamatsu monogatari
* Réalisation : Kenji Mizoguchi
* Scénario : Matsutarō Kawaguchi et Yoshikata Yoda d'après la pièce de Monzaemon Chikamatsu
* Directeur de la photographie : Kazuo Miyagawa
* Montage : Kanji Sugawara
* Musique : Fumio Hayasaka et Tamezō Mochizuki
* Producteur : Masaichi Nagata
* Pays d'origine : Japon
* Genre : drame
* Durée : 97 minutes
* Date de sortie : 23 novembre 1954



10041070.jpg


guirlandedefleurs.gif
Distribution

* Kazuo Hasegawa : Mohei
* Kyōko Kagawa : O-San
* Eitarō Shindō : Ishun
* Eitarō Ozawa : Sukeimon
* Yōko Minamida : O-Tama
* Haruo Tanaka : Dôki Gifuya
* Tatsuya Ishiguro : Isan



26150221.jpg


guirlandedefleurs.gif
Le réalisateur

mizoguchi.jpg
Kenji Mizoguchi (1898-1956)

Kenji Mizoguchi est au cinéma ce que J.-S. Bach est à la musique, Cervantès à la littérature, Shakespeare au théâtre, Titien à la peinture : le plus grand.
Cela signifie que, plus que tout autre, ce cinéaste a pénétré le secret de son art et par conséquent le mystère de la vie. Pour un artiste la compréhension intime de l'art, de l'homme et de l'univers ne font qu'un. En effet, plus le style d'un créateur adhère à la nature profonde de son art plus la pensée qu'il contient est riche et universelle.

Mizoguchi nous renvoie donc à la question : qu'est-ce que le cinéma ? Question insoluble non seulement en fonction de la place qui nous est impartie mais en soi (aucun art ne peut se figer dans le cadre rigide de théories, de lois et de règles). Mais question pourtant abordable. Certaines caractéristiques spécifiques, des constantes ou plus précisément des lignes de force essentielles permettent de discerner quelques uns des principes d'un art. Ainsi pour le cinéma du rapport apparence-réalité.

La caméra capte, en effet, à travers son objectif la réalité qu'elle enregistre. Mais c'est pour la renvoyer sur l'écran - par le phénomène de la projection - sous l'aspect de la pure et seule apparence. Ainsi la chose vraie, existence réelle à l'origine, se voit, par le seul processus de la technique cinématographique, réduite à l'état de pure apparence, fiction, fantasme. Le monde objectif de la réalité et le monde subjectif du mental se trouvent inextricablement liés dans un conflit qui devient le sujet véritable des grands cinéastes.


Jean Douchet, pour www.institutalekan.com


43992109.jpg


guirlandedefleurs.gif
À propos du film

Kenji Mizoguchi est à l'apogée de sa gloire lorsqu'il tourne Les Amants crucifiés (Chikamatsu Monogatari), Lion d'argent à la Mostra de Venise en 1954, après de nombreux films plébiscités par la critique tels que La Vie d'O-Haru, femme galante, Contes de la lune vague après la pluie, ou encore L'Intendant Sansho. Dans cette élégie funèbre d'une beauté toujours intacte, le réalisateur japonais mêle la grandeur des tragédies grecques à la noirceur des romans naturalistes, et aborde les thèmes qu'il développera tout au long de sa fructueuse carrière : la soumission et l'injustice faite aux femmes, le poids de la tradition, la cupidité, la lâcheté des hommes et le pouvoir de l?argent. L'adultère y apparaît comme une véritable leçon de philosophie, une revendication du droit au désir dans une société corsetée par les lois et la tradition.

41873924.jpg

Le style de Mizoguchi, à savoir les plans séquences distanciés et un cadrage millimétré (entre autres), s'adaptent parfaitement à cette histoire d'amour racontée sous forme de "thriller''. En effet, la mise en scène implacable et distante instaure une tension et une fatalité qui ne sont pas sans rappeler Fritz Lang. Pourtant, Les Amants Crucifiés reste un film profondément mizoguchien, où la distanciation sert avant tout à rendre compte du pathétique de la situation des personnages, à observer leur souffrance, à éveiller la compassion, ce qui peut sembler indispensable pour toute bonne histoire d'amour tragique. Le personnage de Osan, femme de la haute société blessée qui ira contre l'ordre établi pour défendre sa liberté, interprétée par la sublime Kyōko Kagawa, est le plus beau personnage de femme vu chez Mizoguchi. Mohei attire l'empathie, par sa sincérité et la pureté de son amour, et Kazuo Hasegawa donne une interprétation marquante. L'alchimie entre le couple passe parfaitement, et ainsi le film dégage une intensité érotique due au grand pouvoir de suggestion de la mise en scène et au talent des acteurs.

70006708.jpg

Dès les premières scènes du film, toute la mise en scène de Kenji Mizoguchi consiste à démontrer l'isolement des personnages et le refoulement des sentiments, par les nombreux cadrages encombrés de poutres, de paravents et autres voilages du décor. Autant d'entraves physiques et psychiques à l'épanchement d?un amour que Mohei sait impossible. O-San est une femme trop accablée par la honte pour songer à l'ivresse de la passion, prise dans l'étau d'un mari volage qui dépense l'argent pour son seul plaisir (il fréquente les maisons de geishas et harcèle sexuellement O-Tama, une jeune domestique), d'un frère fainéant et insouciant, et des lamentations de sa mère. Souvent filmée en plongée, elle semble appesantie, clouée aux tatamis d'une demeure qui paraît elle-même coupée du monde.

24367064.jpg

Ce film met plus particulièrement en valeur l'un des grands thèmes de Mizoguchi que l'on retrouve dans tous ses films : l'argent. C'est que l'argent, dans la conception de notre cinéaste, est le symbole, dans la société humaine, de la réalité coercitive. L'argent devient pour le personnage mizoguchien un besoin vital qui lui permet d'assurer son existence. Mais besoin vital qui est le produit d'un leurre. Là encore cette réalité n'est si terrible et si cruelle que parce qu'elle est une illusion et un mensonge. L'existence, en aucun cas, ne peut être aliénée à la valeur la plus fictive qui soit. Pour s'être laissé prendre à son mirage, le mari se retrouvera ruiné et déshonoré. Pour s'être aussi laissé prendre à son idée fallacieuse - mais heureusement non point pour eux mais pour venir en aide aux autres - les deux amants seront victimes de sa puissance contraignante, et en particulier des lois sociales érigées pour rendre encore plus efficace l'emprise de cette fausse valeur.

4adf697e86c4blesamantsc.jpg

La beauté, dans ce film, comme chaque fois que les héros mizoguchiens engagent la lutte contre la réalité qui les cerne, devient l'expression nécessaire de la vérité, donc la seule réalité valable. En revanche, la fausse réalité de l'argent et la beauté décorative qui lui sert de manteau s'effondrent alors dans le fracas scandaleux du mensonge démasqué. La marche vers la mort des amants n'est si belle et poignante que parce qu'elle est le triomphe de la réalité de l'homme donc de sa liberté enfin retrouvée.


Sources : www.iletaitunefoislecinema.com, www.dvdclassik.com, www.institutalekan.com

souris%20magnolia.gif

64264582.jpg

 
 
/home/vodana/vodana.org/wiki/data/pages/films/les_amants_crucifies.txt · Dernière modification: 21/08/2011 03:40 (modification externe)
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki